Il faut l’admettre, dans Vito en Corse, il y a un peu de Tintin au Congo.
Vito est l’enseigne de distribution qui appartient au groupe Rubis. Nous l’avons donc vu apparaître dans le paysage insulaire au moment où Rubis a pris 35% du capital des dépôts pétroliers de la Corse. Rubis a remplacé Shell et toutes les stations-service de Shell, ainsi qu’une partie de celles de Total sont passées sous l’enseigne Vito.
Aussitôt, la société Vito Corse a été créée et un Corse a été nommé directeur général.

En février 2012, dans la foulée, Vito Corse a signé et adhéré à la charte de la langue corse développé par la CTC. La société se vante d’être la première entreprise privée à signer cette charte. D’ailleurs, leur site internet est rédigé en Français et en Corse.

En mars 2012, Vito Corse décline son amour pour l’île jusqu’au nom de sa carte de fidélisation « corsicarta »

Grâce a ses carburants, Vito Corse revendique son désir de garantir « Un Ambiente di Qualità ». En effet, Vito Corse affirme que l’utilisation des carburants Ultra Tec réduit l’impact sur notre environnement (réduction des émissions de CO2 de 3,1%*).
Enfin pas suffisamment pour éviter la majoration de la TGAP que Vito Corse répercute allègrement sur les consommateurs corses.

Devant une telle démonstration d’amour pour notre île, on en viendrait, presque, à prononcer Vito avec l’accent Corse.

Et, coté business vous demandez vous ? Bon, il ne faut pas exagérer non plus! L’amour de la Corse est une chose mais l’argent, la finance c’est autrement plus sérieux!

C’est pour cela, sans doute, que le numéro 1 de Vito Corse, le président directeur général, celui qui prend les vraies décisions est Jean Hardy, par ailleurs directeur général délégué de RUBIS Energie.

C’est aussi pour cela que le siège social de Vito Corse est à … Puteaux.

C’est également la raison pour laquelle, depuis que le groupe Rubis a repris les dépôts pétroliers de la Corse, cette société ne publie plus aucun compte. Nous ne sommes de toute façon pas très aptes à les comprendre.

Et enfin, c’est pour cela que l’écart des prix des carburants avec le continent s’est creusé depuis l’arrivée de Vito. Quand on aime, on ne compte pas. C’est bien connu!

Mais, sinon n’en doutez pas ! Vito adooore la Corse comme le loup adore le mouton. Et cela ne changera pas tant que, comme des moutons, nous accepterons de payer, bien plus cher et sans sourciller, ses carburants